J6 : Gouffre de Proumeyssac, et balade en forêt

Pour cette ultime journée avant de boucler nos valises, nous n’avons pas souhaité nous aventurer bien loin, sachant que le lendemain il y avait pas mal de voiture au programme. Le gouffre de Proumeyssac, à quelques minutes de notre airBnB semblait être le lieu idéal pour cette matinée.

Itineraire J6

Attention coup de cœur !
Ce petit parc, est gratuit, mais l’accès au gouffre est lui bien évidemment payant. 2 tarifs sont proposés : une descente par les escaliers (classique) ou une descente dans une nacelle, celle que j’ai choisi. La maman durant les 45 minutes de visite, s’est baladée dans le parc avec bébé (toujours en quête de petits cailloux <3). À noter que ce parc est particulièrement éco-responsable, et propose aux volontaires des sessions de vélo pour générer l’électricité consommée durant leur visite. Je suis totalement fan.

Nous avions réservé la veille sur le site Internet, (recommandé en cas de grosse affluence) et finalement, je suis passé un peu plus tôt que prévu. De mémoire, il y a une session toutes les 20 ou 30 minutes.
La descente dans le gouffre en nacelle (découvert au début du 20ème siècle) s’accompagne des commentaires du guide, et d’un son et lumière.

Le truc en haut, c’est la nacelle. Pour situer…

Peu habitué à ce genre de sensations, je dois bien admettre que j’ai bien bien kiffé. Une fois en bas, les lumières se rallument et l’on découvre le gouffre dans son immensité.

Plein de stalagtites partout…

Un autre guide prend le relais et nous explique à son tour son histoire (du gouffre hein, l’histoire perso du guide n’est en soit pas super intéressante je suppose), comment il s’est formé (via un son et lumière), comment il a été découvert (toujours le gouffre), de quoi il se compose, etc etc. La visite se poursuit dans une petite galerie (attention la tête) où une spécificité des lieux est montrée, mais chhhh je n’en dis pas plus (déjà que les photos sont en théorie interdites…), avant de remonter à la surface.

Un couple avait un sac de rando bébé… ils ont bien galéré…

À ne rater sous aucun prétexte (sauf si vous avez le vertige… et encore…)

Cette dernière après-midi nous l’avons consacré à une balade en forêt, à proximité du château de Campagne. La personne à l’office du tourisme nous avait parlé de chemins à proximité du château, on ne sait pas s’il s’agit d’un de ceux auxquels elle faisait allusion : la Boucle de Cluzeaux, d’une difficulté « facile » ah ah. Plus loin vous allez voir à quoi ressemble la difficulté en question.

Au-delà de ce détail, ce petit chemin nous a permis de profiter de la fraîcheur des lieux, de la beauté du paysage, et bien évidemment des petits cailloux que bébé a pu trouver en chemin (il n’a pas daigné rester bien longtemps dans le sac rando le coquin…) en plus de se dégourdir les jambes. Attention car s’il n’y a « que » 1,2 km de marche, c’est assez dénivelé comme vous pourrez le constater.

Donc ça c’est le « parcours facile ». Forcément, ça décale tout en terme de difficulté…

Chemin à travers les arbres

maman et son petit

Bons plans du jour / Tarifs :

Le Gouffre de Proumeyssac
Adresse : Route de Proumeyssac – 24260 Audrix
Tarifs de la visite du gouffre (le parc/parking sont gratuits \o/) : de 10,60€ sans nacelle à 18,90€ en nacelle/adulte.

Voilà, c’est sur ces belles photos que se termine notre séjour.

Nous avons totalement adoré cette région. Niveau chaleur, on s’attendait vraiment à pire (surtout après la terrible canicule de la semaine qui a précédé ce voyage), c’est pour ça que dans le doute notre chambre d’airBnB était équipée d’une clim. Mais contre toute attente c’était totalement supportable, d’autant plus que si les journées étaient chaudes, les soirées et les matins étaient plutôt frais. On s’attendait également à ce qu’il y ait bien plus de touristes, mais à part à Lascaux, dans l’ensemble c’était plutôt assez calme, surtout pour une période estivale. Niveau gastronomie, clairement on aurait pu se lâcher un peu plus (et manger du canard tous les jours), mais on a préféré soigner notre régime alimentaire (et notre portefeuille). On a quand même acheté une bonne boite de foie gras qu’on ouvrira à Noël, en espérant qu’il nous rappellera la région. Il y avait encore bien d’autres choses à faire, le musée de la préhistoire, Sarlat, Bergerac, des maisons troglodytes, des grottes en veux tu en voilà mais nous n’avions qu’une semaine. Sans doute reviendrons nous un jour pour finir de découvrir cette magnifique région.

Merci de nous avoir suivi, en espérant vous avoir aidé à préparer votre voyage ou donné envie de découvrir, à votre tour, la Dordogne.

Publicités

J5 : Château de Castelnaud-la-chapelle, Jardins de Marqueyssac

Nous avions plusieurs choix de visites ce jour-là, dont la très belle ville de Sarlat, mais nous avons finalement opté pour le château de Castlnaud. Sarlat sera peut-être pour une nouvelle session de vacances.

Itinéraire J5

Parents d’un jeune bébé (particulièrement lève-tôt), nous sommes arrivés relativement tôt au château (aux alentours de 9h/9h30). Comme dans pas mal de lieux touristiques, nous sommes tombés sur un grand parking (payant) en partie ombragé, quasi vide lorsque nous sommes arrivés, plein lorsque nous sommes repartis. J’en parle souvent mais cette donnée est véritablement à prendre en compte, surtout que d’après les locaux, l’été 2019 était particulièrement mauvais en terme de tourisme, on n’ose imaginer à quoi ça doit ressembler lorsqu’il y a beaucoup de monde…

Pour les jeunes parents pas de spoil sur la poussette : à l’entrée du château il y a un endroit où vous devez déposer la votre, donc une fois de plus, sac à dos de rando bébé obligatoire !

Le château

Des animations sont proposées dans un magasin aux alentours

Ce château, rénové après la guerre se compose de plusieurs salles dans lesquelles vous pourrez voir la cuisine de l’époque, les armes, les armes de défense, les vêtements, etc. On circule librement dans le sens qu’on veut, et on profite de la vue. Si vous arrivez à la bonne heure, vous pourrez également assister à une représentation d’époque, où un enfant du public pourra être utilisé comme acteur.

Armures et armes à l’intérieur du château

Point de vue du haut du chateau

Point de vue du haut du château

Après la visite du château, il est temps de se restaurer. Un peu au hasard, une fois de plus (shame on us), nous sommes tombés sur cet excellent restaurant nous offrant un panorama encore magnifique (en plus d’une multitude de petits cailloux, lieu paradisiaque donc pour notre enfant). Nous y avons dégusté des menus locaux, en répétant toutes les minutes : on est pas mal là, on est pas mal là. Le foie gras n’a rien à voir avec celui qu’on achète dans le commerce, bref, j’arrête d’en parler sans quoi je risque de prendre la voiture et d’y retourner de suite… (l’adresse est en bas).

Si vous êtes vegan, je vous conseille de ne pas regarder cette photo.

Si vous êtes vegan, je vous conseille de ne pas regarder cette photo.

En entendant un couple de jeunes parents raconter leur matinée sur une table voisine, on a entendu dire que les jardins de Marqueyssac étaient bien ombragés et parfaits pour balader notre enfant en poussette (oui parce que du coup, on a entamé le dialogue, tant qu’à faire…). On y avait songé avant de planifier autre chose, mais cet avis nous a fait changer notre planning. Une fois de plus, le billet était jumelé avec le château, et donc une fois de plus on n’en a pas profité (bon ça permet de gagner un peu plus de 1€ par billet hein) mais, soyez plus malins/prévoyants que nous ^^.

Les jardins de Marqueyssac sont à peine à quelques kilomètres de Castelnaud en voiture. À cette heure-ci, pour le coup le parking est bondé, mais nous parvenons contre toute attente à trouver (rapidement) une place.

Jardins de Marqueyssac

Ce parc permet à travers de longues allées plus ou moins ombragées d’aller jusqu’au belvédère, où un incroyable point de vue vous attend (si vous ne vous perdez pas dans le parc : prenez un plan, sans quoi ça risquera d’arriver !)(oui si je le précise c’est que ça nous est arrivé). La balade (en poussette pour le coup) est super agréable (surtout quand après 5 minutes, bébé s’est endormi dedans). Si le circuit en bord de falaise est un peu vallonné et pas super praticable, celui à l’intérieur des terres est bien plus plat et très ombragé. Mise à part quelques racines à droite à gauche, vous roulerez plutôt bien dans du gravier tassé. En chemin, vous pourrez vous rafraîchir dans une buvette, faire jouer vos enfants dans des emplacements destinés à ça et également tomber sur des délires artistiques un peu bizarres.

Quelques étrangetés artistiques…

Le point de vue est à tomber (mais ne tombez pas, vous risquerez de vous faire sacrément mal…).

Belvédère du jardin

Vue imprenable du belvédère

Une fois bouclé votre tour, vous pourrez vous désaltérer ou prendre une glace à l’entrée dans un restaurant où les paons ont visiblement l’habitude de se balader parmi les clients en quémandant de la nourriture à droite à gauche (ce qui est quand même plus sympas que des pigeons…).

Café entouré de paons

Un magnifique parc pour une belle petite balade, un peu cher à mes yeux malgré tout, mais à vous de vous faire votre propre avis !

Bons plans du jour / Tarifs :

Le château de Castelnaud
Adresse : 24250 Castelnaud-la-Chapelle (en même temps, c’est compliqué de le louper…)
Tarifs : de 5€ (pour les enfants) à 9,90€.

Le restaurant : Les Machicoulis
Adresse : Les Machicoulis, 24220 Castelnaud-la-Chapelle
Tarifs : plus que raisonnables, mais surtout un point de vue exceptionnel.

Jardins de Marqueyssac
Adresse : 24220 Vézac (on va pas se mentir, niveau adresse c’est quand même plus simple qu’en Islande…)
Site internet : https://marqueyssac.com/
Tarifs : 5 à 9.90€, avec un billet jumelé avec Castelnaud ça vous fera un total de 18€ pour un adulte (gain de 1,8€/adulte donc).

J3/J4 : Parc préhistorique du roc de Cazelle et visite de Limeuil.

En ce 3ème jour, nous avons choisi un retour dans l’histoire, avec une visite de ce parc préhistorique. Il faut savoir que la Dordogne est bien LE LIEU incontournable préhistorique Français par excellence. Musées, grottes, reconstitutions, si vous êtes passionnés de cette période de l’histoire, alors foncez cet endroit est fait pour vous.
Nous avons un instant hésité entre le Préhisto Parc et les grottes du roc de Cazelle, avant d’opter au final pour le second emplacement. Si les choses montrées sont à peu près les mêmes, le second a un peu plus d’originalité grâce à un court passage dans une grotte.

Itineraire j3 et J4

Pour la visite (et si vous avez un bébé ou que vous adorez vous promenez avec une poussette vide), oubliez définitivement la poussette. Si dans certains emplacements, c’est possible, ici c’est juste impensable. Sac à dos de rando bébé obligatoire, et prévoyez 2 endroits un peu difficiles à passer, surtout si vous êtes grands.

Ce parc retrace des éléments de vie de l’homme durant la préhistoire, à travers des maquettes grandeurs natures. On y (re)découvre l’homme préhistorique dans son habitat, dans la chasse, dans le taillage de pierre, dans l’art, etc.

l’homme préhistorique dans son habitat

le début du graph était bien plus tôt qu’on ne le pense…

Puis, on traverse une petite grotte à flanc de falaise, permettant d’avoir un point de vue magnifique sur les alentours. Par le passé, il était possible de s’y réfugier, souvent en cas d’attaques.

vue des alentours

grotte (pas de Gien pour le coup)

En continuant votre petite balade, vous pourrez (si vous êtes à l’heure) vous initiez (vous ou vos plus petits) au lancer de propulseur, l’arme que nos ancêtres utilisaient pour chasser. Je dois bien admettre avoir été très déçu de ne pas pouvoir y participer… Mauvais timing.

Tir au propulseur

Un peu plus loin, vous croiserez un mammouth, un rhinocéros laineux (faux semble t il), puis des animaux de la ferme (vrais, eux pour le coup), puis une des dernières habitations habitée de type « maison troglodyte », laissée dans l’état. Je ne spoile pas mais, il n’y avait pas Internet à l’époque.

mammouth en train de paitre avec son petit

habitation troglodyte

Comptez une petite heure pour la visite. En début ou en fin de visite, il vous sera possible de vous restaurez sur place dans un petit snack.
Nous avons vraiment passé un excellent moment dans ce parc, où nous avons appris plein de choses sur notre passé. De plus contrairement à d’autres emplacements, le prix n’est pas exorbitant, ce qui rend d’autant plus agréable la visite.

Le reste de la journée a été placé sous le signe du repos, histoire de profiter du calme du grand jardin dans lequel nous étions logés, des transats et de la table de ping-pong.

Le 4ème jour, nous avons du nous adapter à la météo. Clémente jusqu’à présent, elle s’annonçait des plus humides en journée. La visite de Limeuil, petit patelin faisant partie des « plus beaux villages de France » pas loin de chez nous a donc été le choix du jour.

Vue de Limeuil du parking

La circulation dans la petite bourgade est interdite aux non-résidents, qui doivent aller se garer dans un parking (un peu cher) à l’entrée. Si ce choix est compréhensif, laisser le parking « gratuit » aurait été un bon compromis. Bref.

Nous ne savions pas trop à quoi nous attendre, donc on vous explique tout : dans ce petit patelin, attention ça grimpe.

L’entrée vers la ville

Croyez-le ou non, bébé a grimpé tout seul comme un grand

La route principale est parsemée de petites indications, racontant l’histoire de la ville. La vue est forcément imprenable, et on en profite en récupérant notre souffle tous les 20 mètres 🙂

Indications pédagogiques

Vue des alentours

Tout en haut, vous trouverez une petite place, et un superbe panorama si… vous entrez dans les jardins panoramiques de Limeuil (moyennant un coût, comme vous pouvez vous l’imaginer). Le temps commençant à se couvrir, nous avons préféré rebrousser chemin. Si c’est une bien jolie ville, nous avons regretté de faire payer « la vue », en plus du parking.

Le reste de cette journée, nous l’avons consacré à regarder tomber la pluie, bien à l’abri chez nous.

Bons plans du jour / Tarifs :
Grottes du Roc de Cazelle
Site internet : http://www.rocdecazelle.com/#
Adresse : Route de Sarlat 24260 LES EYZIES
Tarif : de 4,5 à 8€ selon votre âge.

J2 : Visite de Lascaux IV, et du Parc du Thot

Aujourd’hui, nous avons planifié de visiter la grotte de Lascaux IV, située à une grosse demie-heure du Bugue.

Dordogne itineraire J2

À noter une remarque sur les trajets en voiture en Dordogne. Si en temps normal, l’application « Waze » est notre meilleure amie, elle nous a fait faire de sacrés détours par de minuscules routes de campagne, parfois pour gagner (sans doute) à peine une minute ou deux. De plus, rouler là-bas est un peu fatigant, car ce n’est que de la toute petite départementale qui tourne pas mal, avec peu de visibilité etc. Le paysage n’en est pas moins magnifique hein !

Nous attendions avec impatience la visite de Lascaux IV. En allant sur le site Internet (que je vous ai noté en bas) il est possible et fortement recommandé de réserver votre billet et votre heure d’entrée surtout durant la grosse période touristique estivale (un guide avec un groupe d’environ une quinzaine de personnes part toutes les 10 minutes). Par rapport à la gestion des repas et de la sieste de bébé, nous avons choisi de planifier notre visite tôt le matin (8h40), ce qui nous a permis de nous garer assez facilement. Une heure plus tard, ça semblait déjà bien plus galère.

Entré du site de Lascaux 4. La grotte authentique se trouve en haut de la colline, cachée dans la forêt

* POINT BÉBÉ * (qui ne vous intéresse pas si vous n’en avez pas hein…)
Nous avions pas mal d’appréhension concernant bébé et la visite. Pour rappel, il ne s’agit pas de la grotte originale (fermée depuis 1960) mais d’une reproduction quasi totale. On évolue dans un environnement sombre, froid (environ 13°C) et qui résonne beaucoup. Chaque bruit/cri d’un enfant est amplifié, et on se fait direct tout un tas d’amis (ou pas) si on est entouré de gens peu compréhensifs (qui souvent n’ont pas d’enfants), vu que ces bruits masquent les commentaires du guide, et peuvent rapidement devenir agaçants. Si la poussette est interdite, le sac de randonnée pour bébé n’a pas rendu muet le notre pour autant. Au bout de la seconde galerie, nous avons utilisé l’option « baby switch » (particulièrement bien pensée) : à savoir un des 2 parents sort (avec l’enfant) et retrouvera l’autre à la sortie de la grotte, d’où il pourra ensuite refaire une visite à son tour (d’environ 45 minutes) pendant que l’autre parent gardera bébé. Durant notre visite, la maman a donc rapidement du sortir avec bébé, et j’ai profité de la suite de la découverte de la grotte dans le calme, avant que les rôles ne soient inversés (j’en ai bavé à garder bébé tout seul mais… C’est un autre sujet ^^). Bref tout ça pour vous dire : si vous avez un enfant en bas âge (et qu’il ne dort pas instantanément et que comme beaucoup de bébés il aime s’exprimer de manière totalement incompréhensible et parfois bruyante) et que vous le pouvez : visitez la grotte à tour de rôle (pour rappel, il est interdit de donner de l’alcool à votre enfant pour le droguer/le faire somnoler, je ne sais pas si c’est puni par la loi mais, ce n’est pas très moral…). Vous pouvez toujours choisir de passer outre ces conseils, vous risquez juste en contrepartie de vous faire un tas d’amis, et de passer un peu à côté de la visite.

Un des plafonds de la grotte de Lascaux

Revenons donc à la fameuse visite.
Perso, l’un comme l’autre on a adoré. Ça commence par une projection qui montre l’environnement climatique durant lequel la grotte était occupée, puis le guide nous explique la façon dont elle a été découverte, avant de nous faire ensuite pénétrer dans la reconstitution de la grotte où chacune des différentes galeries nous est expliquée. Je ne peux pas trop vous dire pour ne pas vous spoiler la visite, mais c’est très impressionnant. Il est interdit de prendre des photos à l’intérieur de la reproduction de la grotte, mais la quasi totalité des galeries est ensuite photographiable dans une salle interactive dans laquelle vous pourrez continuer d’apprendre une quantité de choses (et où vous retrouverez ravi la moitié qui a gardé le bébé pendant que vous profitiez du calme de la visite). D’autres salles (de projection et de réalité augmentée) sont disponibles après la visite principale, mais pour des questions de timing (encore la gestion de bébé qui commençait à avoir faim) nous avons préféré écourter notre visite.

Lascaux, une des galeries

La seule représentation d’un homme dans la grotte, représenté avec une tête en forme d’oiseau. La drogue était donc déjà présente à l’époque, on en est maintenant convaincu.

Afin de profiter de la gastronomie locale, nous avons décidé de bivouaquer un peu au hasard dans la grande ville à proximité, à savoir Montignac. Nous sommes tombés totalement par hasard sur ce restaurant : « Aux berges de la Vézère« , idéalement situé (#spoil : l’emplacement est dans le nom du restaurant) et proposant une gastronomie locale. En plus pour bébé, il y avait des petits cailloux à volonté à sa disposition (son hobbie du moment c’est de jouer avec…), ce qui nous/lui allait parfaitement une fois son repas englouti.

Gastronomie locale

Sur le chemin de retour, nous nous sommes arrêtés au parc du Thot (dont le billet d’entrée peut être jumelé avec le billet d’entrée de Lascaux), situé à quelques minutes en voiture de Montignac. Au programme, des animaux de l’époque de la grotte, à savoir des loups, des rennes, bisons, cerfs… Et des ateliers pour les plus petits.

On peut y voir des bisons

Et on peut aussi y voir des loups

Si les plus jeunes apprécieront sans doute (surtout l’enclos aux loups, permettant à travers les baies vitrées de les voir poser sur nos selfies en faisant des clins d’œil), le parc est pas non plus « foufou de ouf ». Des ateliers (de peinture sur mur, et d’archéologie) pourront cependant intéresser les plus petits (mais pas trop petits quand même). Enfin, si vous avez un bébé, préférez également le sac à dos de randonnée plus tôt que la pousse, pas super praticable à cause gravier par terre, et du côté un peu vallonné du site).

Bons plans du jour / Tarifs :
Grotte de Lascaux 4
Site internet : https://www.lascaux.fr/fr/preparez-votre-visite/
Adresse : 46 D704E1, 24290 Montignac
Tarif : entre 11,90€ et 20€ selon votre âge. Idem, n’hésitez pas à voir votre CE pour voir s’ils n’ont pas des réductions à vous proposer.

Restaurant à Montignac : Aux berges de la Vézère
Site internet : http://www.restaurant-montignac.fr/fr
Adresse : Place Tourny, 24290 Montignac
Tarif : Quand on aime, on ne regarde pas à la dépense (mais assez raisonnable dans l’ensemble).

Parc du Thot
Site internet : https://www.parc-thot.fr/fr
Adresse : Parc du Thot, 24290 THONAC (votre GPS devrait trouver en théorie)
Tarif : Entre 6,50 et 10€ toujours selon votre âge. Une petite réduction vous est offerte si vous avez pris le billet d’entrée en même temps que votre billet pour Lascaux 4.

J1 : Première journée en Dordogne, le Bugue et l’Aquarium du Périgord Noir

Et oui, vous ne rêvez pas, nous voilà de retour 🙂
Bébé a bientôt un an et demi et nous avons donc repris nos petites découvertes du monde, mais sans avion pour l’instant (la planète nous remercie pour les émissions de taxe carbone 😉 )

Bref. Après pas mal d’hésitations sur la destination, vu qu’il fallait prendre plusieurs données en compte : la chaleur potentielle, le nombre d’heures de voiture à l’aller, et au retour (la seconde étape de notre voyage étant la vendée pour faire la crêpe à la plage), les choses à voir, etc etc.
La Dordogne a rapidement été notre choix numéro un, choix validé par grand nombre de proches.
#spoil : nous n’avons pas été déçu !

Itinéraire Paris/Le Bugue

Nous avons loué un AirBnB dans un lieu dit proche du Bugue, destination parfaite car idéalement située, et en tant qu’informaticien, je me devais de m’y rendre en pélerinage (Bugue/Bug… #jokeinside). L’adresse de cette maison avec un immense jardin (dans lequel nous avons eu la chance d’apercevoir une biche et des petits lapins le soir venu) et en fin de cette note.

Le lundi matin, après un long voyage, nous avons donc découvert le charmant petit village du Bugue, se remettant à peine de la canicule qui avait précédé la semaine d’avant.

Nous avons pris quelques renseignements auprès de l’office du tourisme (très agréable), et fait des provisions dans l’hypermarché du coin.

Au programme de l’après-midi, visite de l’Aquarium du Périgord Noir.
Nouveautés sur ce blog, je vous indiquerai si les sites que nous avons visités sont praticables en poussette, ou s’il vaut mieux utiliser un sac de randonnée bébé.
L’Aquarium est l’un des rares site, totalement praticable en poussette.
À noter qu’il est entouré d’un autre site : le parc du Bournat (permettant de revivre une journée en 1900), un escape game intitulé « Labyrinthe préhistorique », ainsi qu’un espace aérien pour se faire des frayeurs. Il est également possible de se restaurer sur place grâce à un petit snack. Le parking ne nous a pas semblé bien grand cependant.
Nous n’avons pour la part uniquement fait que l’Aquarium (avec un tarif réduit proposé par notre CE).

Aquarium du Périgord Noir – 1

Cet aquarium est le plus grand d’eau douce privé en France, 4000m², 66 bassins, 3 millions de litres d’eau, plus de 6000 poissons. C’est également un repaire idéal si vous avez un peu chaud 🙂 car il y fait frais.

Bébé était ravi (même si les petits cailloux sur le chemin l’ont plus intéressés qu’autre chose…)

La visite permet d’observer toute forme de poissons d’eau douce, mais également quelques reptiles (ainsi que des alligators depuis peu).

Bon on va pas se mentir, depuis notre roadtrip en floride et notre escapade en vélo dans le bayou, on est un peu blasé quand on voit des alligators 😉

Tortue californienne, assez rare en captivité (et terriblement moche)

Aquarium du Périgord Noir – 2

Comptez une petite heure.
À noter également des attractions assez régulières (nourriture des poissons ou des reptiles, soins, etc..), et la possibilité en fin de parcours de toucher des poissons nageant en surface. Une très agréable visite qui ravira les petits autant que les grands (qui pourront ensuite filer faire l’escape game préhistorique qu’on a bien regretté de ne pas pouvoir faire).

Aquarium du Périgord Noir – 3

Bons plans du jour / Tarifs :
AirBnB recommandé => https://www.airbnb.fr/rooms/17912062
Hôte d’origine hollandaise (c’est mieux si vous parlez Anglais), super attentionné, disponible tout en restant invisible. Vaste jardin (si comme nous vous vivez en appartement, c’est appréciable), rustique mais bien équipé, idéalement situé si vous voulez rayonnez autour du Bugue. Supérette à 5 minutes en voiture. Oubliez le vélo par contre (le lieu-dit est situé en hauteur, ce que google maps ne permet pas de voir…)

Aquarium du Périgord Noir :
Aquarium du Périgord Noir 99, allée Paul-Jean Souriau, 24260 Le Bugue sur Vézère
Site Internet : http://www.aquariumperigordnoir.com
Tarif : 14.90€/Adulte, 10.90€/enfant (4 à 12 ans)
Praticable en poussette.

Un petit coucou en passant…

Et pour vous rassurer : NON, NOUS NE SOMMES PAS MORTS.
Et on n’a qu’une envie c’est de repartir en vacances… Franchement, ça nous démange.

Mais il va nous falloir attendre quelques jours/semaines/mois, le temps d’apprendre à vivre avec notre (premier) bébé qui a vu le jour il y a quelques heures (ceci expliquant pourquoi notre dernier voyage remonte à quasiment un an, vu notre passif, il fallait rester sage sur toute la durée de la grossesse).

Tout le monde va bien, (même si fatigué), bébé est super mignon (#objectivitéquandtunoustiens), et promis, on reviendra un jour, très vite on espère, pour vous décrire de nouveaux voyages (à 2 ou peut-être à 3 qui sait…)

A très vite !

J6 : Monreale et sa cathédrale, et le bilan du voyage.

Voyage du jour…

Cette dernière journée commence par un petit coup de flip : « Ah au fait, le tour d’Italie en Cyclisme passe par Cefalu, d’ici 30 minutes la plupart des routes seront bloquées jusqu’à 13h ! »

Autant vous dire qu’on a pas traîné à faire nos valises et à quitter la Guest House…
Adieu Cefalu, son rocher, sa petite crique et son Duomo.
La grande question du jour était : que faire jusqu’à l’heure du retour imposée par le véhicule à 17h, l’embarquement ayant lieu vers 19h ?
N’ayant pas vu une des destinations phares de l’île, nous décidons de nous diriger vers la ville de Monreale, non loin de Palerme, cette destination nous rapprochant fortement de l’aéroport (<30 minutes).

La cathédrale, et ses boutiques de souvenirs…

La seule chose que mentionnait le guide sur cette ville était sa cathédrale, et le fait qu’il était compliqué pour les voitures de s’y rendre (et de s’y garer).
On a rapidement compris pourquoi…
Certes, il y a des parkings (payant : compter 2€/heure) mais l’accès y est des plus vertigineux dans des petites routes qui permettent à peine de laisser passer 2 voitures… Et si nous étions arrivés 2 minutes plus tard, il n’y aurait plus eu de place…
La voiture étant garée, nous nous dirigeons vers la fameuse Cathédrale, relativement mal indiquée, mais que nous finissons par trouver. Au moins, elle est belle.

Vue

Nous nous promenons dans les environs, regrettant l’excès de touristes (venus en car) et les vendeurs de souvenirs installés au pied de la cathédrale, histoire d’être sûrs de pourrir les photos souvenirs. Après avoir profité de la vue environnante, nous entrons dans le monument, un peu par hasard (nous pensions que comme souvent l’entrée était payante). Grand bien nous pris car pour le coup, c’est sans doute l’une des plus belles que nous avons vu durant ce séjour.

Son Christ est célèbre

Achevée en 1176, elle est célèbre pour ses mosaïques byzantines qui relatent toutes des passages de la bible.

L’histoire de Noé…

Après en avoir fait le tour, nous décidons de rapidement quitter la ville (et son parking), imaginant avec peine à quoi cela peut ressembler durant la pleine saison.
La prochaine étape sera une petite station « balnéaire » (dont nous n’avons pas vu les plages) : Isola Del Femmine : littéralement « l’île des femmes », en référence à l’île devant laquelle se situe la ville, qui possédait par le passé (dit-on) une prison pour femmes.

Dernières spécialités à base de fruits de mer…

A 13h, tous les restaurants (les pizzerias tout du moins) étaient fermées (sûrement la basse saison ?) , mais par miracle nous avons trouvé un bon endroit pour nous restaurer, juste en face du port, afin de profiter une dernière fois de la vue de la mer.

Dernier paysage…

Vue du port…

Après une petite balade jusqu’au bout de la jetée, direction maintenant l’aéroport, pour redonner la voiture, puis destination Paris.
Ainsi prend fin notre voyage en Sicile.
 

DEBRIEF DU SEJOUR
La partie Ouest de la Sicile regorge de temples, et brille par sa diversité culturelle, l’île ayant été des années durant envahie par toutes les civilisations possibles du moment. Nous reviendrons sûrement une prochaine fois pour y découvrir la partie Est, plus orientée « nature », ainsi qu’une de ses îles.
La capitale regorge de monuments, mais nous avons été content d’en partir le plus vite possible. Circuler à Palerme (et surtout s’y garer) est un vrai cauchemar, et à ce titre, nous n’avons au final pas été si déçu que ça d’avoir une toute petite voiture, et ce le jour durant lequel nous quittions la ville…
La période (hors saison) était idéale, tant au niveau de l’afflux de touristes, qu’au niveau température. Il serait compliqué de s’imaginer refaire ce road-trip en plein été.
 

Voiture/Stations essence/Routes
– Contrairement à l’Islande, on y trouve assez facilement des stations service. On peut s’y faire servir (moyennant un léger supplément) ou se servir. Certaines stations sont en libre service, et ne fonctionnent qu’avec des billets, à savoir vous insérez dans la machine un billet de 5, 10 ou 20 et ensuite vous allez vous servir jusqu’à ce que ce montant soit atteint. Que se passe-t-il si vous le dépassez ? Nous ne l’avons pas testé…
– Rouler à Palerme diffère de rouler en Sicile en général. Une fois sortie de la grosse ville, le stress (de la conduite à la Parisienne et au klaxon) redescend.
– Les bandes blanches continues par terre sont clairement décoratives…
– Il est compliqué de savoir à quelle vitesse rouler… 50, 70 ou 90, ça dépend… ça change trop souvent… Niveau qualité de route (dans les grandes axes) rien à redire. De ce côté de l’île nous avons essentiellement roulé sur des nationales ou des départementales (des 2 voies pour la plupart).
– Rouler dans les villes, c’est un autre sujet… Si vous le pouvez, préférez la petite voiture, qui se faufile plus facilement entre un scooter garé à l’arrache et une voiture en double file…
– Le prix de l’essence était relativement similaire au prix Français, soit aux alentours de 1,5€.
– Attention aux visites des petites villes si vous laissez votre GPS vous trouver un itinéraire plus rapide…

Petite rue de Palerme…

 

Hôtel/Guest-houses
– Nous avons trouvé l’accueil dans les guest-houses bien plus sympathique que dans le seul hôtel que nous avons fait à Trapani.
– La Wifi est monnaie courante là bas, hôtel, bar, restaurant, il suffit de demander (à noter que le roaming devrait prendre fin le 15/05, donc qu’il sera possible de profiter de son forfait Data en France, pour continuer à avoir la 4g en permanence avec vous… Si vous pensiez que voyager pouvait vous faire « déconnecter », dommage…)
– Attention si vous avez un véhicule, peu de guest-houses possèdent des parkings pour s’y garer.
– Toutes les chambres possédaient la climatisation (que nous n’avons pas eu l’occasion d’utiliser).
 

Manger et boire en Sicile
– Les plats principaux sont des arrangements autour des pâtes et des risottos, à base de fruits de mer et de poissons. A noter que de plus en plus de restaurants proposent des plats sans gluten sur demande. 
– Le dessert local est le Cannoli. Et c’est une tuerie.
– Un des parfums qui revient dans beaucoup de plats, est la pistache…

Restaurant « le chat noir », à faire impérativement à Cefalu

– Niveau prix, on s’attendait à pire, mais au final les prix sont tout à fait acceptables (surtout si l’on a les bonnes adresses) : compter jusqu’à 40/50€ en moyenne pour 2 plats, une bouteille d’eau, parfois un pichet de vin et 2 desserts.
– La Sicile compte une multitude de cépages, n’hésitez pas à demander un pichet de vin local, vous ne serez jamais déçu…
– Il y a de multiples spécialités culinaires, et il vous sera possible de les déguster dans un snack à emporter ou dans un restaurant. Clairement, nous n’avons pas été déçu du voyage à ce niveau là.
 

Et les Siciliens ? 
– D’une manière générale, les Siciliens ont tous été relativement gentils, ou aimables. Cependant, pour un pays dont une des économies repose sur le tourisme, nous avons été étonné de voir à quel point trop souvent ni le Français ni même l’Anglais n’était maîtrisé ou même simplement parlé… Et pas pour le passant hein, non pour les restaurateurs, ou autres vendeurs de souvenirs…

Marché de Palerme

Notez cependant que vous aurez moins de mal à vous faire comprendre en Français qu’en Anglais, inversement il ne nous a jamais été très compliqué de comprendre ce qu’on nous demandait.
– Siciliens comme Italiens, les locaux parlent fort. Et avec les mains. Et vite. Sans être dans le cliché, on a quand même un peu l’impression qu’ils s’engueulent en permanence… Alors qu’en fait non, c’est juste leur manière de parler.
– Niveau sécurité, à part quelques petites arnaques par ci par là (essentiellement autour des zones de stationnement parce qu’on avait des bonnes têtes de touristes…), nous nous sommes plutôt senti en sécurité d’une manière générale.
 

Adresses des hôtels et Guest House
Voici les adresses des lieux dans lesquels nous avons dormi durant ce séjour (à noter qu’on chipote vraiment sur certains points négatifs…) :

 

A Palerme : Ariston Hotel & BB, Via Mariano Stabile, 139, 90139 Palermo, Italie
Les + : Un accueil en Français avec un brief sur la ville et un plan, un frigo garni de boissons (inclus dans le prix), Idéalement situé
Les – : Il faut savoir que l’hôtel est situé dans un immeuble, et ne comporte qu’un étage, attention : ascenceur d’un autre siècle… Wifi un peu capricieuse dans la chambre du fond du couloir.
 

A Trapani : Hôtel Albergo Maccotta, Via Argentieri, 4, 91100 Trapani TP, Italie
Les + : Idéalement situé, parking (payant) à proximité
Les – : Plus impersonnel qu’un B&B… La proximité d’une rue très bruyante (un vendredi soir…)
 

A Agregente LerUX Bed & Breakfast, Vicolo Cannameli, 5, 92100 Agrigento AG, Italie
Les + : Sans conteste la vue lors du petit déjeuner est imprenable, sa localisation au cœur du centre historique. La décoration de la chambre est magnifique. Très sympathique accueil de la gérante. Excellent petit déjeuner avec spécialités locales.
Les – : Etant arrivé un samedi, il faut savoir que la rue principale est piétonne ce jour-là, et le parking payant à l’entrée de la ville est pris d’assaut, peu de pression dans les douches et pas d’eau froide (nous aurions pu appeler la gérante pour régler le problème mais vu l’heure nous ne l’avons pas fait…).
 
A Cefalu : B&B Villa Di Giorgi, Via del Giubileo Magno, 90015 Cefalù PA, Italie (Attention, l’emplacement indiqué par Google Maps n’était pas le bon…)
Les + : La vue (et la piscine) imprenable sur la baie, possibilité d’y garer la voiture (si vous arrivez à grimper la côte qui va jusqu’à chez eux), accueil par un gérant parlant très bien le Français et qui vous indiquera les bons plans du coin avec un plan, la chambre entièrement équipée d’une cuisine, d’un frigo, d’une bonne superficie d’au moins 30 m², très bon rapport qualité prix par rapport aux autres offres.
Les – : Notre chambre (en contrebas de la piscine) était très mal insonorisée, et nous entendions (pour donner une idée) le bruit de la brosse à dent électrique des voisins (entre autre…) (nous ne savons pas comment sont les autres chambres), la vue a un prix : nous sommes certes à 10 minutes du centre, mais ça grimpe vraiment pour y accéder.
Merci de nous avoir suivi, et à très bientôt pour un autre voyage !

Ciao Sicilia…